Première nuit en cellule, Mantova

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Festivaletteratura MantovaC’est Marco, un ami de la troupe de théâtre qui m’en avait parlé. Il est volontaire depuis des années à Mantoue en Lombardie. Son rôle : écrire pour le site internet du festival littéraire le plus en vue d’Italie. Alors j’ai envoyé un petit texte, rédigé en Italien, pour faire partie moi aussi des 800 volontaires. Du 7 au 11 septembre je serais donc volontaire pour la rédaction texte de la 15ème édition de Festivaletteratura Mantova.

La réponse n’est arrivée que la semaine précédente. Les informations… le jour même. Je prends le train, ça me rappelle mon année à Florence, je voyageais toujours en train. Nice-Milan (j’y passe deux jours) Milan-Modena (pour la journée) Modena-Mantoue. Long périple, surtout un jour de grève nationale. Mais dès la descente du train, tard dans la soirée, je suis entièrement prise en charge. Franco est là, devant la gare. Fine moustache et yeux malicieux derrière les culs de bouteilles qui lui servent de lunette, Franco est lui aussi un volontaire. La cinquantaine finissante, il travaille la journée comme représentant en pharmacie et le soir, il s’occupe de tous ces gosses qui viennent des quatre coins de l’Italie (et d’ailleurs) pour participer au festival de littérature de Mantoue.

Dans la voiture il me demande ce que je fais et s’inquiète pour le soucis que doivent ressentir mes parents. « J’ai trois enfants, je sais ce que c’est« . Mantoue by night. Franco m’accompagne à la mensa, la cantine du festival gérée par l’école hôtelière de la ville. Il est 22 heures et je mange des biscuits avec quatre volontaires.

Tout volontaire qu’il soit, c’est malgré tout Franco qui mène la cadence. En route donc pour le couvent des franciscains où je serais logée ces quatre prochains jours. On entre sans bruit, « ils n’aiment pas être réveillés« . « Ils », se sont les moines qui vivent à l’étage, le rez-de-chaussé est consacré aux volontaires. Je me retrouve donc seule dans ce dortoir du couvent des franciscains de Mantoue avec le tableau de la Cène au dessus de ma tête… Mes camarades de chambrée n’arriveront que le lendemain matin. C’est parti pour quatre jours de littérature !


One response to “Première nuit en cellule, Mantova

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :