ReWeb 100% geek

Revue de web 100% web : Des TWITTOS en colère réclament la démission de Silvio Berlusconi. L’OPENDATA, ce mouvement de libération des données publiques, débarque en Italie avec Wikitalia. Et pendant ce temps là, WIKIPEDIA Italie proteste contre la tentative de loi bâillon.

#dimettitiperché, les twittos réclament la démission de Berlusconi

#dimettitiperché sono stanco di essere preso in giro all’estero per colpa tua (démissione parce que j’en ai assez d’être pris pour un con à l’étranger à cause de toi). Depuis le 25 octobre il est, en Italie, le hashtag le plus populaire : #dimettitiperché. Les internautes, par ce hashtag explicite (démissionne parce que…),  sont appelés à expliquer pour quelles sombres et inavouables raisons ils veulent voir leur cher Président du Conseil Silvio Berlusconi (B. pour les intimes) quitter le Palazzo Chigi. Et les twittos y vont de bon coeur, comme si depuis des semaines, des mois, ils n’attendaient que ça. L’objectif est d’atteindre les 100 000 tweets… Pour lire les tweets les plus inspirés (du sérieux au vraiment drôle) c’est par ici sur L’Espresso, sur Vanity Fair, et sur twitter #dimettitiperché.

Wikitalia, l’Open data débarque en Italie 

Le projet,  inspiré de l’Anglais MySociety, ou de l’américain Codeforamerica, se veut une plateforme d’échange entre citoyens et administrations. Wikitalia a été lancé par un groupe de personnes « passionnées par le web et la démocratie » comme on peut le lire sur leur site. Parmi eux, Riccardo Luna, directeur de Wired, souligne qu’il s’agit simplement « d’améliorer l’efficience des visions politiques ». En bref, les villes qui le souhaitent, peuvent publier des données qui ne sont habituellement pas rendues publiques (sans pour autant être cachées…). La commune de Florence a mis en ligne certaines données concernant l’environnement, l’éducation… Une politique d’Open data, donc. Mais pas seulement. Avec l’application Decoro urbano (mobilier urbain), chaque citoyen peut, avec son smartphone, signaler les dégradations et ainsi permettre aux services de la commune d’agir rapidement. D’autres applications doivent voir le jour. En attendant, les explications sont à lire ici, sur Il fatto quotidiano. 

Wikipédia Italie proteste contre la nouvelle tentative de loi bâillon 

Une page d’accueil totalement blanche. En signe de protestation contre l’alinéa 29 du projet de loi sur les écoutes téléphoniques, Wikipédia a mis la clef sous la porte en laissant un communiqué expliquant sa démarche. (…) « Cette proposition, dont le Parlement italien est en train de débattre, formalise, entre autres, une obligation pour l’ensemble des sites internet de publier, sous 48 heures de la demande et sans commentaire, une correction de n’importe quel contenu que le plaignant estime dommageable à son image. » (…) En somme, le retour de la loi-bâillon… Pour lire la traduction du communiqué de Wikipédia Italie c’est par ici, sur le blog Adscriptor. Pour d’autres explications c’est sur Café Babel et sur La Repubblica. 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :