Italie, terre raciste ?

Florence, Piazza Dalmazia, 2 sénégalais tués par un militant d’extrême droite Crédit photo R.

2 morts, 3 blessés. Lourd bilan à Florence où Gianluca Casseri, membre de l’organisation fasciste CasaPound, a ouvert le feu en plein marché tuant Samb Modou et Diop Mor, deux vendeurs ambulants sénégalais. Dix jours après, décision a été prise d’ériger Piazza Dalmazia, lieu de la tragédie, une statue symbole de la lutte contre le racisme.

A l’unanimité : la ville de Florence a voté l’installation d’une statue (dont la réalisation sera confiée à un artiste sénégalais) à la mémoire de Samb Modou et Diop Mor, les deux vendeurs ambulants sénégalais abattus le 13 décembre dernier. Le tueur, Gianluca Casseri, un comptable de 50 ans s’est donné la mort après avoir ouvert le feu Piazza Dalmazia et San Lorenzo à Florence. Geste raciste ? Probablement. L’homme était membre de la CasaPound, une organisation fasciste.

CasaPound Italia le fascisme du 3ème millénaire 

Gianluca Casseri ne s’en est pris qu’aux vendeurs ambulants sénégalais. Un acte xénophobe commis par un sympathisant de la CasaPound. Né en 2007, quatre ans après l’appropriation d’un squat à Rome, la CasaPound tient son nom du poète américain Ezra Pound qui a ouvertement soutenu la République fasciste de Salo’, le régime implanté par Mussolini dans le nord de l’Italie entre 1943 et 1945. (Voir la vidéo « CasaPound, maison occupée par l’extrême droite » sur Arte 7)

L’organisation qui promeut un « fascisme du troisième millénaire » s’est dit choquée par l’acte de Gianluca Casseri. La fille d’Ezra Pound a par ailleurs profité de la tragédie pour demander au groupe néofasciste de changer de nom… La CasaPound qui nie toute aspiration politique prône tout de même une immigration zéro. Un discours qui attire de plus en plus d’Italiens dont la tolérance envers les « extra-communautaires » n’est pas le cheval de bataille…

Extra-communautaire, Vu’cumprà… lexique xénophobe

Les deux victimes de Gianluca Casseri, étaient ce que l’on appelle communément en Italie des « Vu’cumprà« . Terme étrange, et pour cause. Ce néologisme provient de la prononciation hasardeuse du « vuole comprare » (voulez-vous acheter) par les vendeurs ambulants d’origine africaine. Une dénomination profondément raciste qui pourtant est entrée dans le langage courant.

Immigrés, souvent clandestins, ces hommes font plus largement partie de ce que l’on appelle les « extra-communautaires ». Là encore, le racisme pointe : il s’agit des migrants hors Union Européenne… Le lexique parle de lui-même. Et les actes aussi : deux jours avant la tuerie de Florence, un camp de Roms était incendié près de Turin.

(Et petit lien vers un reportage diffusé le 29 janvier dans l’Effet Papillon sur Canal plus qui résume l’état du racisme en Italie, à partir de 11 minutes 30 de la vidéo)


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :